Idée à voler : le Toronto library passport

torontoJ’ai eu un peu trop de travail le mois dernier pour trouver le temps d’écrire quelque chose ici. Histoire de redémarrer en douceur, je vais consacrer un mini billet à un très chouette support de communication des bibliothèques de la ville de Toronto, le Toronto library passport. Ne vous attendez pas à quelque chose de révolutionnaire : il s’agit d’un simple répertoire des bibliothèques de la ville. Il y a tout de même deux ou trois twists que j´aime beaucoup dans cet élégant petit carnet et qui peuvent peut-être inspirer des bibliothécaires français…

C’est joli

Beau papier, apparence soignée, jeu sur la typographie, la première chose qui saute aux yeux c’est que ce « passeport » est un bel objet et ce n’est pas tout à fait un hasard. D’abord, son créateur, Noah Ortmann, est designer ; ensuite, il a été conçu avec amour puisque le premier prototype était en fait un cadeau d’anniversaire pour sa petite amie, une mordue de livres et de bibliothèques. L’idée a tellement plu dans son entourage et en ligne (notamment sur Reddit) que Noah s’est débrouillé pour qu’une version soit imprimée et diffusée dans la boutique officielle de la ville. Si vous n’habitez pas au Canada mais que vous êtes un peu curieux, vous pouvez acheter cette version en ligne ici.

C’est ludique

J’ai dit que le passeport était un « simple » répertoire des bibliothèques de Toronto mais c’est aussi un jeu avec une « quête épique » à accomplir : le lecteur est invité à visiter chacune des 100 bibliothèques du réseau, à consigner chacun de ses passages dans le carnet, et à tenter de compléter en même temps une chasse au trésor composée d’une vingtaine de petits défi, allant de « dire bonjour à un bibliothécaire » jusqu’à « emprunter un podomètre et mesurer le réseau d’un bout à l’autre » (parce que oui, on peut emprunter ce genre d’objets atypiques dans les bibliothèques canadiennes !).

toronto 2

Le jeu est plus ou moins devenu omniprésent dans nos vie depuis que les réseaux sociaux nous connectent tous ensemble et que tout peut être transformé en données (depuis nos battements de cœur jusqu’au nombre de nos amis). Les théoriciens de la « gamification » soulignent souvent que le jeu est un outil puissant pour créer de la motivation chez les gens. C’est le genre de chose à noter dans un coin de sa tête quand on est bibliothécaire et peut-être à exploiter, comme dans le cas présent, parce qu’avouons le : pour se déplacer dans une bibliothèque de nos jours, il en faut un peu, de la motivation.

Le bibliotourisme pour tous ?

Il y a une dernière chose qui m’a amusé dans ce passeport. Si vous êtes bibliothécaire, vous avez sans doute l’habitude (comme moi) lorsque vous êtes en vacances ou en déplacement dans une ville, de visiter la bibliothèque du coin. Il y en a même qui prennent des photos et qui les mettent en ligne ! Rendons à César ce qui appartient à César : j’ai bien l’impression que c’est Silvère Mercier qui a employé en premier le terme de « bibliotourisme » pour designer cette pratique. On pourrait se dire que c’est un horrible vice de bibliothécaire mais après tout, c’est un moyen pas plus bête qu’un autre pour découvrir une ville sous un angle original et sortir des sentiers battus !

Les canadiens semblent particulièrement sensibles à cette idée (il faut dire qu’avec un réseau gigantesque comme celui de la capitale de l’Ontario il y a de quoi faire). Un autre habitant de Toronto, le dessinateur Daniel Rottzstain, avait déjà décidé l’année dernière de dessiner une à une chaque bibliothèque de la ville. Le livre tiré de ses carnets de croquis vient tout juste de sortir. Encore une idée à voler !

torontodrawing

Quelques unes des bibliothèques de Toronto dessinées par D. Rottzstain. Il n’a pas oublié le bibliobus ! (source)

 

2 réflexions au sujet de « Idée à voler : le Toronto library passport »

  1. J’avoue ne pas encore avoir poussé le vice jusqu’à visiter les bibliothèques des villes que je visite en touriste (à part si c’est une vieille bibliothèque de vieilles reliures de dingues ^_^) mais je trouve effectivement ce passeport adorable et l’idée à la base mignonne au possible (quoi, c’est un super cadeau personnalisé, ça, quand même).

  2. Moi je le fais presque systématiquement mais je suis peut-etre un peu zinzin ! Et en effet c’est le genre de cadeau que j’aimerais recevoir ! :-)

Laisser un commentaire