De nombreux sites de bibliothèques attaqués par des pirates

Hier soir, dans la nuit du 11 au 12 janvier, le compte Twitter du site zataz.com qui effectue une veille sur la sécurité informatique signale une vague de cyberattaques de grande ampleur touchant un grand nombre de médiathèques française. Les sites touchés (comme Montélimar, Goussainville ou Loudun) affichent des déclarations de foi islamiques. Afin de comprendre ce qui est en train de se passer, j’ai posé quelques questions à Damien Bancal, journaliste français spécialisé dans la cyberdéfense et les actualités liées au cybercrime depuis plus de 20 ans, fondateur de zataz.com et datasecuritybreach.fr

Nicolas Beudon : Combien de médiathèques sont touchées par une cyberattaque ? Quels sont les autres sites ou institutions touchés au même moment ?

Damien Bancal : J’ai pu référencer, via différentes sources, dont les espaces communautaires des pirates, plus de 200 bibliothèques et médiathèques piratées. Sur 24 heures c’est plusieurs milliers de sites Français qui ont été piratés : des mairies, des entreprises, des CCI…

Les médiathèques sont elles visées pour des raisons symboliques (lieux d’expression et de diffusion de la culture) ou simplement parce que leurs sites sont faiblement défendus ?

Nous sommes dans des piratages opportunistes. Les pirates ont une ou des faille(s) et ils s’en servent pour passer leur message. L’aspect symbolique du lieu culturel, je suis persuadé qu’ils n’y ont pas pensé 5 minutes.

Quelle est la faille exploitée par les hackers ? Comment les établissements ou les collectivités visées (et les autres) doivent-elles réagir ?

Il y a de tout : Drupal, WordPress, mot de passe trop simple, IIS. La meilleure des actions est déjà de mettre à jour son site web, ses applications,…

sites

Les sites hackés de Goussainville et Montelimar.

Dans son article publié sur Zataz, Damien Bancal fournit des éléments d’information sur l’identité et les motivations des hackers avec lesquels il est entré en contact : il s’agit d’un groupe de pirates qui ont décidé de défendre l’image de l’islam sur Internet en s’attaquant aux responsables du « lavage de cerveaux » qui identifie islam et terrorisme. Malgré le hashtag #Contre_Charlie, les pirates ne sont pas solidaires des attentats qui ont eu lieu à Paris. En revanche, leur opération de guerre cybernétique s’inscrit dans une compétition avec les Anonymous qui ont affiché leur intention de s’attaquer aux djihadistes sur internet. Ces menaces ont été interprétées comme une provocation par les hackers musulmans. De nombreux sites d’institutions ou de collectivités en font aujourd’hui les frais.

4 réflexions au sujet de « De nombreux sites de bibliothèques attaqués par des pirates »

  1. Bonjour,
    Merci de ne pas avoir ce débat sur ce blog qui est consacré au monde des bibliothèques.
    Je valide vos commentaires mais n’ayant aucune connaissance ni aucun avis sur le site mentionné, j’ai effacé l’url.
    Les commentaires sont fermés sur cet article.

Les commentaires sont fermés.